3 signes qui peuvent vous alerter qu’un collègue fait un AVC

Publié le : 08 février 20223 mins de lecture

L’accident vasculaire cérébral ou AVC, certains l’appelle aussi attaque, mais pas cardiaque car elle se passe au niveau du cerveau. Un AVC survient lorsque la circulation sanguine, vers ou dans le cerveau, se trouve interrompue en raison d’un vaisseau bouché ou suite à une déchirure qui entraîne une hémorragie au niveau du cerveau, on parle d’hématome cérébral.

Un AVC, synonyme d’URGENCE

Où que l’on soit au bureau, à la maison ou ailleurs et que l’on se trouve face à un AVC, il faut réagir et à intervenir en urgence. En effet, il est primordial de rétablir l’irrigation du cerveau pour que les cellules ne meurent pas. Il est important que la victime soit prise en charge rapidement pour que les risques de séquelles voire ses chances de survie soient au mieux. Il convient d’appeler au plus vite le SAMU (appel au 15) qui viendra au plus vite et prendra la victime en charge. Trois signes peuvent vous alerter que vous vous trouvez en présence d’un AVC : une faiblesse, un mal-être d’un côté du corps, une paralysie du visage ou du bras, une difficulté à parler avec ou sans trouble de l’équilibre, de la vue ou encore des maux de tête qui peuvent être plus ou moins violents.

L’AVC ne prévient pas

Certains se demandent peut-être s’il y a des moments à risque plus important pour qu’un AVC se produise. La réponse est clairement non car un AVC peut arriver à n’importe quel moment. Il ne prévient pas et même quand on se sent détendu il peut survenir. Sur le lieu de travail, à la maison, la journée, le soir… Ce qui est essentiel c’est que la personne proche de la victime ait le bon réflexe et appelle les secours.

Les facteurs à risques

Aujourd’hui, on peut dire que la médecine a largement identifié les principales causes de la survenue d’un AVC. L’hypertension est la cause de 80% des AVC ainsi que l’arythmie cardiaque (1 AVC sur 5). Il est donc très important de vérifier régulièrement sa tension, d’avoir une alimentation pauvre en sel, de ne pas fumer et de pratiquer une activité physique quotidiennement (par exemple, la marche). Quand on appelle le SAMU pour un AVC, il faut dire le nom et l’adresse où l’on se trouve. Un maximum de détails sur l’état de la victime peut aider à la sauver pour que les services médicaux puissent être prévenus et prendre en charge rapidement le malade.

Plan du site